Francoise Bretin-PourninCourriel pour la généalogie 


Recherche et Développement

Sports d'eau



SpiritualitéActivité de navigation

Généalogie



Secourisme

Information professionnelle



 















 

Voici mon arbre généalogique. La branche patrilinéaire (LIZAIRE-REMY) vient des caraïbes (Saint Domingue, maintenant Haïti) et de France (Normandie) sous le nom LISERE. Ces derniers ont participé au développement de la colonie de Saint Domingue au 17e siècle. La branche matrilinéaire (FERRET) vient de France: Languedoc et de Bourgogne (BRETIN).

Une de mes tantes FERRET était mère supérieure du couvent d'Herepian. C'est maintenant une maison d'hôtes, que je recommande. Toutefois la tradition orale de la famille indique une participation au Catharisme. Une tradition ascétique demeure. Elle est illustrée par la réputation de la dite mère supérieure. 


 
 
 
 
 
 






















 

 Prise du navire anglais Kent par le corsaire Surcouf

Plusieurs de mes ancêtres étaient corsaires, flibustiers, ou pirates et boucaniers (généralement, tous ces rôles en même temps). Ils étaient d'abord sur l'île de la Tortue  mais ensuite sur l'île à vache (St Domingue) durant le 17e siècle, et le début du 18e. Ils ont repris du service dans la quasi guerre avec les Etats-Unis et la guerre navale avec les Britanniques (1795-1815 image ci-dessus)

Certains sont devenus négriers à la fin de la flibuste (c'était la conversion usuelle des pirates)

Certificat de mariage de Joseph Lizaire (source: archives d'outre-mer). Il est né esclave parce que mulâtre, mais il a immédiatement été rendu libre. Et, cela ne l'a pas empêché d'offrir 4 esclaves à sa femme pour leur mariage (source: rôle des impôts).

  

Mon arbre généalogique

Mon ancêtre Joseph LIZAIRE (1767-18xx), était un parent du Général Alexandre Dumas (1762-1806). C'était un officier de la révolution française sous le commandement de Napoleon Bonaparte (il a été le modèle du rôle de Dartagnan dans le roman des trois mousquetairess).

Tous deux sont nés dans le même village de Jérémie (St Domingue). Le jeune Alexandre Dumas s'est engagé dans les Dragons de la Reine pour le service de la Reine Marie-Antoinette. Ensuite, il a commandé l'Armée des Alpes à plusieurs reprises. Il est à l'origine des chasseurs alpins. Il a été cité par Napoléon lors de la campagne d'Italie.

Ci-dessous, une peinture d'Olivier Pichat.

Général Alexandre Dumas par Olivier Pichat

A la même période, une ancêtre de ma branche matrilinéaire était également proche de Marie-Antoinette. Elle a peut-être croisé Alexandre Dumas à Versailles. C'était une Ferret. Elle était dame d'accompagnement de la dame du palais, Yolande de Polastron. Celle-ci est mieux connue sous son titre de Duchesse de Polignac. Grâce à cette position, mon ancêtre a reçu du Roi le privilège de la "Gabelle" en Languedoc, (pays de petite gabelle), comme propriétaire d'une saline (source: lettre du Roi).

 
























 

Mon grand-père Henry a été blessé pendant la 1ère guerre mondiale. Il a eu une citation pour bravoure.  

Il est mort au combat en 1944, à la tête (capitaine) d'une unité de la résistance (maquis) en Indre et Loire. Il a reçu une citation pour son allant au combat. Pour éviter d'exécuter ses prisonniers, il avait l'habitude d'essayer de les convaincre combien ils se trompaient.

Ma mère était une agent de liaison de la résistance. Elle a eu l'occasion de le venger et de punir les traîtres.



 



 

Son père, mon arrière grand-père Jules, a eu le même diplôme, à Paris, 30 ans avant.


Ma soeur 1993

Ma soeur en 1993   

  

En 1916 mon grand-père Raoul fait une pause au Jardin du Luxembourg - Paris. Il est auditeur à l'École libre des sciences politiques. Elle précède l'Institut d'études politiques de Paris. Puis, il s'inscrit à la faculté de droit de l'Université de Paris-Sorbonne. Il y obtient sa licence. Il a eu une carrière diplomatique pour Haïti (ambassadeur à Washington), et il a été avocat.


En 1964, la plupart des français-haïtiens mulâtres ont été assassinés (Vêpres jérémiennes) par le dictateur François Duvalier et ses « tontons macoutes », défenseurs d'un « pouvoir noir ». 

Mon père est arrivé à Paris en 1947 pour le 6e Jamboree scout. Après des études pour être prêtre (petit séminaire), il a changé d'avis. Il s'est engagé dans les sciences politiques, comme son père. Il a été admis à l'Institut d'études politiques de Paris; mais il n'a pas terminé. Il a eu sa licence plus tard.

Il s'est marié avec ma mère en 1951, au quartier latin de Paris.